Que cherchez-vous ?

5 albums à ne pas louper cette semaine : Sufjan Stevens, LAAKE, Clem Beatz…

Tu commences à connaître la ritournelle de la semaine : quelles sont les sorties du moment à ne rater sous aucun prétexte ? Petit tour d’horizon confiné avec Sufjan Stevens et Lowell Brams, LAAKE, Clem Beatz, FARR et Half Waif.

Sufjan Stevens & Lowell Brams – Aporia (LP)
Notre morceau préféré : « The Runaround »

Sufjan Stevens n’est pas du genre prévisible, mais il n’a rarement été aussi imprévisible qu’avec son album Aporia. Composé avec son beau-père Lowell Brams, le songwriter américain échange la douceur folk de Carrie & Lowell contre l’atmosphère synthétique de cet étrange rejeton que Brian Eno ne renierait pas, évoquant par ailleurs « une musique new age » pour le caractériser. Pourquoi c’est purement génial ? Parce qu’en 21 morceaux qui dépassent rarement les trois minutes, Sufjan Stevens forme une œuvre spirituelle et cohérente thématiquement avec ses précédentes compositions, en prenant le risque de totalement renouveler son paysage sonore. La sortie avancée alors que la tendance générale est au report ou à l’annulation, prouve que les grands esprits restent jeunes à contre-courant.

LAAKE – O (LP)
Notre morceau préféré : « 1989 »

De l’electro symphonique sur Mercury Records, qui l’eût cru ? Ce n’est pas un inconnu aux manettes – ou plutôt au clavier, mais le producteur et pianiste LAAKE qui nous avait déjà fait flancher avec son EP Piaano sorti en 2018. Sur son premier album nommé O pour Orchestraa, se mêlent la virtuosité classique de son instrument fétiche, la marche électro de beats furieux et son chant d’outre-tombe. D’une éminence cinématographique et d’une évidence pop, Raphaël de son vrai nom s’est entouré de huit musiciens classiques pour mener à bien sa quête orchestrale, Otement lyrique et captivante.

Clem Beatz – Big Picture (EP)
Notre morceau préféré : « Circle »

Troisième EP du beatmaker Clem Beatz, The Big Picture est un pur produit homemade et collaboratif. Composé dans le sud de la France où vit Clément, de son prénom, c’est un retour à la maison qui s’accompagne de featurings en or massif : la voix fluette et légère de Sarah Kinsley sur le single éponyme, le chanté-parlé de LissA sur Only You, les scratchs supersoniques d’Aedan sur Focus, le timbre éraillé de Dylan Banco sur Circle ou encore les envolées cristallines de Martin Mey sur Full Of. Alors que Daydream s’inspirait de son road-trip australien et Wabi Sabi puisait dans des samples asiatiques, Clem Beatz écrit avec The Big Picture sa plus grande aventure depuis chez lui. À notre tour de prendre notre bâton de pèlerin pour découvrir son monde en sept destinations.

FARR – Weightless (LP)
Notre morceau préféré : « Blades »

Encore une surprise en provenance de la maison de qualité Roche Musique (FKJ, Zimmer, Darius, Crayon, Dune…). Place cette fois au duo FARR composé du chanteur californien Roméo et du producteur Londonien Linden Jay, qui dans une duplicité entre chant viscéral et production dense, élève l’électro soul au firmament du genre. Alors qu’on se passionne depuis un certain temps pour leur univers, ils déballent leur disque Weightless aux airs de classique instantané. Composé en hommage du meilleur ami de Roméo, Noah Bernadout, décédé après avoir été percuté par un conducteur ivre, FARR charge avec une puissance émotive leurs tubes pour chialer en dansant : Life, Heal Me, Wildflowers, Paranoid.

Half Waif – The Caretaker (LP)
Notre morceau préféré : « Ordinary Talk »

Après plusieurs collaborations avec le groupe de rock emo Pinegrove, toujours actif malgré les allégations contre son chanteur Evan Stephens Hall en plein mouvement #MeToo, Nandi Rose affirme son émancipation musicale en offrant une suite à son album Lavender. C’est seule qu’elle reprend son projet Half Waif hautement personnel et sensible. Ce disque est une vraie rupture dans son univers jusqu’alors sombre et tourmenté, se posant sur les petits moments quotidiens dans Ordinary Talk, parlant de la fin d’une amitié dans In August ou livrant une ode touchante à sa famille dans Generation. C’est habitée d’un spleen énergique et d’une introspection pop que la chanteuse accompagne nos journées solitaires : Half Waif prend soin de notre confinement.