Que cherchez-vous ?

Les meilleurs albums de la semaine avec FKA Twigs, Philippe Katerine et Isaac Delusion

Cette semaine, on a écouté plusieurs albums majeurs comme rarement en si peu de temps.  Le R’n’B expé’ et intime de FKA Twigs, la pop contemporaine et absurde de Philippe Katerine, l’oasis salvatrice d’Isaac Delusion et la claque groovy de Too Many T’s. En guise de bonus sexy, Saint DX se fend d’un premier EP extrêmement désiré sur Cracki Records. On t’offre cinq occasions de passer un week-end mémorable.

FKA Twigs – Magdalene (LP)
Young Turks Recordings

En l’an de grâce 2019, la diva weirdos d’Angleterre FKA Twigs a droppé son second album sur Terre. Sa poésie expérimentale s’inspire de ses relations sentimentales et de la vie de Marie-Madeleine pour nous servir neuf morceaux touchés par la grâce. Produit par Nicolas Jaar, l’opus nous sert pléthore de tracks inoubliables : l’exutoire aérien Cellophane, le trappesque Holy Terrain en featuring avec Future, et l’incantation libératoire de Home With You. Passée la ronde des singles, on se perd dans ses love affair désenchantées où une production vénère vient côtoyer des notes de piano en lévitation. De l’agitation céleste à la sérénité retrouvée, FKA Twigs fend le ciel pour nous dévoiler son album le plus personnel.

Regardez son clip « Home With You« .

Philippe Katerine – Confessions (LP)
Wagram Music

Le génie de l’absurde est de retour par la grande porte. Après avoir annoncé fin août son dixième album dans un style inimitable, le chanteur vendéen casse la baraque avec des featurings à tomber : dénonciation du privilège blanc avec Gérard Depardieu dans Blond, draguouille déglingo avec Angèle et Chilly Gonzalez sur Duo, charge décalée contre les flippés de l’homosexualité avec Lomepal sur 88%. On tombe aussi nez à nez sur Oxmo Puccino, Léa Seydoux, Dominique A, Camille et Claire entre deux tracks solos. Tranquillou. Mais au-delà de la course au name-dropping, Confessions aborde des sujets de société sous couvert d’une fantaisie débridée, et ça dès les premières secondes avec la voix d’Emmanuel Macron. Celui qui a longtemps été qualifié d’original a beaucoup à nous dire, contrairement aux normaux sans le mot. Du confessionnal à l’isoloir, on élit Philippe Katerine président en 2022 ?

Regardez son méga clip « 88%, Blond et Bonhommes« .

Isaac Delusion – Uplifters (LP)
Microqlima

Dès les premières notes du premier morceau, Fancy, le rêve cotonneux d’Isaac Delusion nous entraîne dans un ailleurs solaire. Adieu le surmenage parisien dans People You Know, les trajets quotidiens dans Pas l’habitude et les relations merdiques dans Magicalove. On a pourtant failli ne jamais connaître cette embellie au milieu de la capitale grisâtre, faute à un disque dur mystérieusement disparu avec des sessions d’enregistrement entières. Le duo signé sur Microqlima (Pépite, L’Impératrice) a repris le chemin du studio en transformant le coup dur en énergie créatrice, et parle dans Uplifters de frustration bienfaisante que leurs influences anglo-saxonnes font rayonner. De ce troisième album, les vibes positives sont autant une leçon de vie qu’une oasis salvatrice.

Regardez leur clip « Pas L’Habitude« .

Too Many T’s – La Fam’ill (LP)
Banzaï Lab

Chinese Man, Yoshi Di Original, La Fine Équipe, Chill Bump, Pumpkin, Form… La famille du duo british Too Many T’s fait rêver. Depuis leur live enflammé au Hangar 8 des Transmusicales de Rennes, les bêtes de scène lorgnent vers la scène hip-hop française avec appétit et amitié. Leur axe Paris-Londres se confirme avec ce second album, lancé comme un Eurostar à plein flow au-dessus de la Manche. Ici, les textes parlent de valeurs communes : amitié sincère, engagement social et défense de la planète. Le pied de nez au Brexit s’avère aussi jouissif qu’un pilonnage en règles du populisme anglais, à la fois terriblement efficace et dansant, comme porteur de l’espoir qui a déserté la politique. Hip-hop save the queen.

Regardez leur clip « Freaky« .

Saint DX – SDX (EP)
Cracki Records

Adoubé en premières parties de Charlotte Gainsbourg, Aurélien Hamm n’a rien perdu de sa superbe en studio. Féru de machines, son nom d’artiste se réfère au synthé emblématique Yamaha DX7 qu’il accompagne de sa voix nue ou autotunée, en français ou en anglais. Son premier EP nous traverse de multiples émotions et nous convainc de son harmonie d’ensemble, comme un Rubik’s Cube aux neufs facettes multicolores. Du jaune pour l’énergique Prime Of Your Life, du rouge pour le sexy Xphanie, du bleu pour la cover Take My Breath Away, et autant de couleurs qu’il nous plaira de trouver, au rythme de cette balade low tempo. Dans le jardin originel des boîtes à rythme, Saint DX est béni des dieux.

Regardez son clip « Prime Of Your Life« .