Que cherchez-vous ?

Rencontre avec Uppermost, l’électron libre de la French Touch

Depuis dix ans, Uppermost nous électrise. Héritier des Daft Punk, Behdad incarne la quintessence de la french touch ambitieuse et indépendante, avec son label Uppwind Records.

De son vrai nom Behdad, Uppermost est sûrement un électron libre. Pour toute la charge positive qu’il nous envoie, il se place aussi en proton. Le magnétisme de son dernier album, « Perseverance », atomise la concurrence des bangers en quête de leur gloire passée.

Trois singles composent le noyau de son LP. « Atoms » s’envole sur les lyrics de Birsen, membre du duo Hydrogen Sea, les petits protégés de Selah Sue. Rayonnant, le morceau allie les basses profondes du producteur parisien à la voix atmosphérique de la chanteuse. « Slide » fusionne hip hop et électronique dans un hit puissant calibré pour le club. Le drop nous bastonne à deux reprises, avant une respiration illusoire sur les couplets du rappeur. « Step by Step » fait scintiller la voix velours de Sôra dans une balade électro-pop.

En se plaçant quatrième des charts Itunes en France, affichant une release party complète au Point Éphémère, le public hexagonal plébiscite l’album. Rencontre avec son géni(e)teur, avec qui on partage tant d’atomes crochus.

Marin : Bonjour Behdad. On te suit depuis bientôt 10 ans, les modes et les couleurs ont changé, mais t’es resté fidèle à ton univers. Comment décrirais-tu ta musique aujourd’hui ?

Uppermost : Hello Marin ! Je la décrirais comme sincère et spontanée, ce nouvel album était l’occasion de revenir aux sources, à tout ce qui m’a donné envie de faire du son il y a une dizaine d’années.

M. T’es passé du son saturé de la french touch 2.0 à une électro pop dynamique. Comment ta production a évolué, avec l’intégration du live notamment ?

J’ai toujours voulu transmettre un maximum d’émotions à travers mon son, au départ c’était de manière très directe et brutale puis plus les années passaient plus j’avais envie de partager une énergie subtile, profonde.

Je continue à rechercher un équilibre dans cette dynamique et il faut dire que le live me permet de déconstruire mes sons pour les réinterpréter avec une énergie différente.

M. Parmi tes influences, tu cites souvent les Daft Punk ou Burial. De quels artistes de la nouvelle génération te sens-tu proche ?

U. J’aime beaucoup ce que font des artistes comme Jon Hopkins, Pogo, Bonobo ou Apparat. Il y a quelque chose de transcendant qui me parle instinctivement!

M. Des jeunes pousses essaient tous les jours de se démarquer dans le secteur ultra-concurrentiel de la musique. Quel serait ton conseil pour réussir tout en conservant ton indépendance ?

Uppermost : C’est un vrai marathon. Ceux qui réussissent sont souvent les plus endurants, l’essentiel est de rester concentré sur ce que tu aimes faire, continuer à expérimenter, et te mettre à l’épreuve pour t’améliorer techniquement. Il faut vraiment y être pour l’amour du processus, plus que pour l’appât du gain.

M. Et enfin, la question incontournable chez Arty Paris. Qu’est-ce qu’être un artiste pour toi ?

Uppermost : Selon moi, c’est d’abord être vrai, et ensuite être en mesure d’exprimer cette vérité dans une forme, quelle qu’elle soit. Encore merci pour l’interview !

Aftershow Kitsuné avec Uppermost

Le mercredi 18 avril, à partir de 20H00
À l’Opéra Bastille
Billetterie en ligne

L'événement Facebook

 


Uppermost sur Facebook

Uppermost sur Spotify