Que cherchez-vous ?

Pop et électro, le nouvel EP fruité de Seth XVI

Avec un blaze égyptien à numérotation romaine, le lyonnais Seth XVI impose en quatre lettres et trois chiffres une identité musicale intemporelle. Son nouvel EP “Pulp” sorti sur le label de Dealer de Musique croise une pop universelle avec la fraîcheur de l’électronique.

En 2017, “Symbolic” réunissait 5 titres sur un tempo lent et langoureux. En 2018, “Pulp” et ses 6 pistes nous emportent d’un engouement joyeux. Les gimmicks musicaux restent les mêmes : la voix pitchée de All My Friends, la guitare funky de How She Goes, les nappes électroniques de Melba. Les paroles emmènent la structure vers des drops bien sentis, à la manière de Your Taste. Un ensemble varié et cohérent dans ses émotions.

Écouter Seth XVI, c’est être entouré par six tracks au caractère distinct qui forment une bande inséparable. Un groupe avec qui l’on a autant envie de chiller le long de la Saône, que de sortir un vendredi soir dans le Vieux Lyon. Quelques jours avant sa release party au Ninkasi, Seth XVI nous a accordé un entretien à la faveur d’une complicité musicale.

Marin : Peux-tu nous raconter ton parcours artistique jusqu’à aujourd’hui ?

Seth XVI : Mon premier contact avec la musique s’est fait très tôt. Dès 4-5 ans je chantais beaucoup, et je composais des mélodies dans ma tête, associées à des personnages fictifs. J’ai appris le piano à 8 ans, la guitare vers 12 ans, ainsi que la MAO et un peu de batterie.

À 14 ans j’enregistrais mon premier morceau sur l’ordi de mes parents, et je n’ai jamais cessé depuis. Je me suis essayé à plusieurs styles et je me suis enfin fixé sur la pop électro lorsque j’ai créé Seth XVI en 2016.

M. T’évolues à Lyon, une scène majeure de l’électro français. Tu te sens proches d’autres artistes ou de collectifs locaux ?

Je me suis très vite familiarisé avec la scène locale. J’ai d’abord rejoint le collectif Touche Française sous l’aile de Bruno, mieux connu sous le nom de Folamour, et j’ai sorti un EP chez eux.

Je suis passé quelques mois chez le collectif Sonorama. Maintenant, je me sens proche de groupes lyonnais tels que Two Faces ou 228k.

© Adrien Combes
M. Ton label DDM Recordings décloisonne les frontières grâce à la puissance virale du web. Comment le rapprochement s’est fait avec eux ?

Ça s’est fait très naturellement avec DDM. Avec Fanny [ndlr : Chiche, sa manageuse] on cherchait un label pour sortir mon premier EP. On aimait beaucoup le roster de DDM, et on leur a envoyé un mail, au cas où. Thomas, l’un des fondateurs, nous a répondu très rapidement, en nous disant qu’il avait adoré l’EP.

En quelques mois, mon EP “Symbolic” était sorti. J’ai pu avoir une belle exposition grâce à leur chaîne Dealer de Musique, et le relais de plusieurs médias sur mon titre “Give It All”.

M. Ton premier EP « Symbolic » dégageait une puissante sensibilité chill-out. Quel est ton objectif avec cette nouvelle sortie ?

Il y a une véritable continuité entre les deux EP. “Symbolic” sert d’introduction à mon univers, par quelque chose de doux et complice. Sur le second EP, j’essaie de m’affirmer plus intensément en tant que personne et musicien, montrer ce dont je suis capable dans un registre plus percussif.

D’après moi, les deux EPs sont des facettes distinctes mais complémentaires de ma personnalité.

M. Comment as-tu produit cet EP ?

Je l’ai composé en me nourrissant des retours sur mon premier, ainsi que des nombreuses expériences live que j’ai pu faire en 2017…

J’ai choisi le thème de la pulpe pour exprimer le potentiel qu’on a tous en chacun de nous, et qui ne demande qu’à être dévoilé au grand jour.

M. Quelles sont tes inspirations ?

J’écoute énormément de musique depuis petit, dans des genres très différents. En général, je suis inspiré par les créateurs qui dépassent les limites de leur art.

Je suis influencé par Damon Albarn, David Bowie, Björk, ou Stromae. Ce sont des personnages charismatiques qui ont su surprendre leur public : c’est ce que j’aime dans la création.

M. Merci Seth XVI pour avoir répondu à nos questions. Pour terminer, quelle serait pour toi la définition d’un artiste ?

Un artiste fait passer un message, touche les gens et les rassemble. C’est possible de le faire avec la musique, mais aussi dans d’autres domaines.

Les artistes ne sont pas seulement ceux que l’on voit voit sur les grandes affiches, c’est souvent les personnes de notre quotidien qui donnent de leur énergie pour faire avancer les choses.

Merci Arty Paris pour m’avoir donné la parole, et si vous descendez à Lyon faites moi signe !


Seth XVI sur Facebook

Seth XVI sur Soundcloud

[Interview] Dusk Totem, la pop-sensibilité d’une île