Que cherchez-vous ?

8 sorties à écouter cette semaine : Spillage Village, Thylacine, Sufjan Stevens…

À la question tristement devenue banale : « Qui écoute encore des albums aujourd’hui ? ». Ton magazine préféré répond : les innombrables qui aiment le super-groupe d’Atlanta Spillage Village, le producteur voyageur Thylacine, l’expérimentateur méticuleux Sufjan Stevens. Sans compter tous nos autres coups de cœur de la semaine à dévorer sans ne plus tarder.

Spillage Village – Spilligion (LP)
Le morceau préféré d’Arthur : « End Of Daze »

Spillage Village est le super-groupe d’Atlanta fondé par EARTHGANG et vite rejoins par JID, 6LACK puis les frères Hollywood JB et Jurdan Bryant. Annoncé par le label hip-hop de J.Cole, Dreamville Records, sur lequel sont signés la plupart des artistes, l’album Spilligion est un rassemblement de rappeurs dont la réputation underground n’est plus à faire. Incorporant des éléments rock, jazz, soul, house ou folk, chaque morceau est associé à une divinité. Si tous les titres ont un caractère bien singulier, Baptize, Oshun ou encore Judas en featuring avec Chance The Rapper et Masego sont en bonne voie pour devenir des tubes. [Chroniqué par Arthur]

Thylacine – Timeless (LP)
Le morceau préféré d’Arthur : « Satie II »

Thylacine est un voyageur. Après nous avoir emmené à bord du Transsibérien pour la réalisation de son premier album, le Dj et producteur français formé au Conservatoire et aux Beaux Arts, était reparti en Argentine puis aux Îles Féroé s’imprégner des paysages afin de composer Roads Vol.1 et Roads Vol.2. Cette fois ci, Thylacine explore l’univers du classique et propose une vision plus électronique des chefs d’œuvres de Fauré, Debussy ou encore Allegri. Pour ce nouvel album Timeless, produit en montagne durant le confinement, les thèmes jouent le rôle de guide. [Chroniqué par Arthur]

Sufjan Stevens – The Ascension (LP)
Le morceau préféré de Zoé : « Video Game »

Sufjan Stevens a dévoilé le 25 septembre son huitième album The Ascension, un projet de pop ésotérique, méticuleux et maîtrisé. Bien loin des sonorités electro-folk auxquelles il nous avait habitués avec Michigan ou encore Illinois, Sufjan Stevens propose ici un album plus expérimental abordant des thématiques plus sombres et introspectives. Survenant comme une évidence dans l’œuvre de l’artiste, The Ascension est une invitation au réveil de la conscience et au discernement. [Chroniqué par Zoé]

The Neighbourhood – Chip Chrome & The Mono-Tones (LP)
Le morceau préféré d’Amélie : « Lost In Translation »

Le groupe de rock alternatif californien The Neighbourhood est de retour avec son 4ème album Chip Chrome & The Mono-Tones. Mais qui est donc Chip Chrome ? Comme Ziggy Stardust pour David Bowie, il s’agit du personnage créé par Jesse James Rutherford, le chanteur du groupe. Ce personnage est clé dans leur transition musicale. Ce nouvel opus côtoie ainsi différents genres, et se diversifie au fil des morceaux. Le quintet californien nous régale avec les mélodies résolument indie rock de Silver Lining. Avec Lost in Translation, il nous plonge dans un univers rappelant les ados skateurs du film Mid90s de Jonah Hill. Le morceau Boohoo se détache de l’album et dévie sur des sonorités plus électroniques et RnB. Enfin, The Neighbourhood conclut l’album en douceur avec une touche mélancolique teintée de synthés pailletés. [Chroniqué par Amélie]

Paper Tapes – Homecoming (EP)
Le morceau préféré d’Anoussa : « In the Heat »

Paper Tapes est le projet solo mené par Cyril Angleys, membre des dynamiques Brace! Brace!. Il nous présente les 5 titres de son premier EP Homecoming, manifestement influencés par les films des années 1970 et signés sur l’excellent label parisien Géographie. Au cours de cet EP vaporeux, on voyage entre plusieurs ambiances : de la pop psyché au soft-rock, en passant par le groove et la mélancolie des synthés. Homecoming forme un ensemble voluptueux et réconfortant dont les mélodies langoureuses nous permettront d’affronter la grisaille automnale qui commence à pointer le bout de son nez. [Chroniqué par Anoussa]

Mangabey – Illusion (EP)
Le morceau préféré de Marin : « No Misery »

L’éléphant Cracki a le talent pour révéler le meilleur de chacun. La dernière signature de l’écurie s’appelle Mangabey et nous vient de la scène house lyonnaise. Son premier EP a les yeux rivés vers le Grand Ouest en allant puiser aux racines de la musique américaine : la magie des années disco avec No Misery, la house originelle de Chicago avec Illusion, la sacro-sainte liberté de la culture rave avec Blue Hole. La touche du Chef : la reprise jazzy au piano de Lunar Light clôt le mini-album sur une note élégante. José Fehner, de son vrai nom, souvent aperçu chez Apparel Wax et Boussole Records, signe un opus groovy et chaleureux qui saura séduire tous les amateurs de gastronomie américaine à la française. [Chroniqué par Marin]

Sable Blanc – Have Faith in People (EP)
Le morceau préféré de Marin : « Amour Gris »

L’activiste moustachu Sable Blanc n’est pas inconnu aux férus de clubbing parisien. À tous les autres qui ne fréquenteraient pas quotidiennement le Djoon et le Mellotron, le producteur transmet un fragment de ses nuits avec son EP Have Faith in People, dixième sortie du jeune label français Salin Records. Le morceau d’ouverture, Amour Gris, annonce d’emblée la couleur avec son hybridation classieuse entre drum and bass et jazz. Dès la seconde piste, Christophe Salin lui offre un remix piano-saxo luxueux qui nous plongerait dans les caves dansantes du Paris de l’entre-deux guerres, si un beat deep house ne venait relever le tout. La Face B nous dorlote avec Just Goodbye, sublime envolée rêveuse de house old-school, avant que le sample vocal de Les Hirondelles De Mai ne donne son mantra à l’EP. [Chroniqué par Marin]

One Night Stands 2 (Compilation)
Le morceau préféré de Marin : « Regarde » de Claap!

La Belle Records a toujours eu la main sur le cœur. Un an et demi après la compilation solaire One Night Stands, le second opus met en lumière les artisans électroniques du roster sous l’égide de Golden Bug. On assiste à une floraison plurielle d’inédits de Get A Room!, Takiru et Eran Yaari, Ellis Island ou encore Claap! qui font valoir leur technicité de producteurs. À la fois slo-mo, lo-fi et nu-disco, les titres révèlent des petits nouveaux dont le binôme Rodion et Leonard De Leonard sur le downtempo Dimanche Soleil, ou encore Funboys avec les accents tropicaux de Dum Dum Ehavi. Perchée et éclectique, la collection de tracks compose avec l’étonnante diversité de l’avant-garde électronique française et internationale. [Chroniqué par Marin]