Que cherchez-vous ?

“Manhattan Stories”, quoi de neuf à New York ?

L’histoire chorale de destins liés entre eux par l’énergie de la métropole.

La métropole s’éveille, les buildings attrapent les premiers rayons de soleil, un camion-poubelle broie des ordures sur le titre « What You Need ». Ainsi s’ouvre Manhattan Stories. La fête bat son plein, des bras s’agitent, un crush se concrétise sur « One More Time » des Redbone. Ainsi s’achève Manhattan Stories. Ça pourrait être l’histoire de n’importe quel quartier cosmopolite : ce sera à New York, le berceau du cinéma mumblecore. Ça pourrait être toi et moi : ce sera Claire, Phil, Wendy, Benny et Ray, dans un long métrage choral.

Du petit matin à la tombée de la nuit, Manhattan Stories suit des quotidiens liés par l’énergie de la ville. Par leur trajet, chaque personnage marque les rues de sa mélodie journalière. À l’unisson, ils forment un hymne citadin. Avec son obsession quasi-documentaire, le réalisateur Dustin Guy Defa dresse une partition monde, à la fois universelle et unique. Universelle comme la musique traverse les frontières, sans autre barrière que le débit internet. Unique comme ces destins singuliers, définis par ce qu’ils écoutent. Manhattan Stories figure un délicieux melting-pot, que l’on te fait découvrir en trois notes.

Manhattan Stories est jazz. Benny est un collectionneur compulsif de vinyles. Il part à la poursuite du bail du siècle, la version red de l’album “Bird Blows the Blues” de Charlie Parker. À la quête de la galette ultime, il traverse plusieurs blocks sur le tempo effréné du bebop. Bienvenue dans le New-York hippie chic, où l’imprimé d’une chemise devient une question existentielle. Chez nous, Benny habite à côté des puces de Saint Ouen.

Manhattan Stories est rock. Interprété par Michael Cera, Phil est un journaliste de tabloïds aux méthodes peu conventionnelles. Assisté par Claire, une stagiaire qui entame sa première journée, ils enquêtent sur un fait-divers sordide. Son auto-radio diffuse du hard rock à tout berzingue. À Paris, il bosse pour la section people de Voici, son appareil photo braqué sur la sortie des palaces du 8ème arrondissement.

Manhattan Stories est pop. Wendy, étudiante désabusée, garde en permanence ses écouteurs vissés sur les oreilles. À défaut d’entendre ce qu’elle écoute, on s’imagine des balades pop façon Claire Laffut ou Billie Eilish. Elle traîne dans les beaux quartiers, on la verrait bien à la Sorbonne, dans un cinéma rive gauche, et au jardin du Luxembourg… À rêvasser d’une autre vie dans une ville étrangère. En France, par exemple.


Manhattan Stories
de Dustin Guy Defa
avec Michael Cera, Abbi Jacobson, Tavi Gevinson, Philip Baker Hall
Sortie française le mercredi 16 mai

Trouve ta séance