Que cherchez-vous ?

Interview : Tambour Battant, les cascadeurs du beatmaking

En partenariat avec EasyClap.

Le duo de beatmakers a dévoilé le 6 décembre leur album « Galore » courant à travers un large panel d’influences : électro, hip-hop, house, baile funk et trap. Avec la sortie de leur clip To the Rhythm réalisé par Mr. Mitri, on avait trouvé l’excuse parfaite pour une interview.

Ben Stoker & Cobaa ont un blaze à faire trembler une série B. Depuis une dizaine d’années, les deux producteurs sont partis à l’assaut de la scène électro en faisant sauter les verrous entre les genres musicaux. Fondateurs des labels Chateau Bruyant et Gold Digger, les compères de Tambour Battant ont atteint le point d’orgue de leurs manœuvres avec leur petit dernier, Galore, treize morceaux de pure énergie qui n’a de sens que dans l’éclectisme de ses figures. La house volatile de Tourterelle, la frappe trap Passinho Battant en featuring avec Flavia Coelho, la claque orientalisante To The Rhythm, la vibe hip-hop Show Me More : tout est fait pour nous retourner la tête à grands renforts d’influences mondialisées.

Ce n’est pas un hasard si « Galore » signifie abondance en anglais : leur album est un melting-pot de styles et d’invités

Il ne nous manquait plus qu’une excuse pour interviewer les Tambour Battant. C’est la sortie de leur nouveau clip To The Rhythm qui nous l’a servi sur un plateau. Réalisé par Mr Mitri à Barcelone, la vidéo joue la carte du lifestyle urbain comme si Pauline à la plage avait été rebooté par Romain Gavras. Accompagnant le beat lourd et entêtant de la production, on suit une danseuse jusqu’à une forêt vierge où elle se perd entre les fougères, à moins que ce ne soit l’hallucination d’une chicha non homologuée. Dans une autre réduction de moyens, on recommande chaudement l’envolée psychédélique de Tourterelle, ode aux beats à deux ailes qui ne laissera personne indifférent. Tambour Battant pourrait s’appeler Trip Planant.

Marin : Hello Ben Stoker et Cobaa. Votre album « Galore » sorti le 6 décembre est très éclectique, quel était le fil rouge entre tous vos morceaux ?

Tambour Battant : On a toujours voulu prôner l’éclectisme et essayé de développer une certaine pluralité. Mélanger les genres et les influences sans limites, c’est ce qui fait la force du projet. Cet album est une synthèse des nos derniers albums, on a abordé sa création sans retenue, un peu comme un arc-en-ciel de nos univers musicaux. L’album est à l’image de la pochette réalisée par Pablito Zago, riche en couleurs et sophistiquée, tout en gardant une simplicité évidente.

M. Quelle rencontre vous a particulièrement marqué entre tous les featurings ?

T.B. Comme pour chaque collaboration, il y a une rencontre humaine, amicale et une envie commune de travailler ensemble. Sur cet opus, on a pris beaucoup de plaisir avant tout dans l’échange et le partage. Il y a notamment eu Flavia Coelho pour qui nous travaillons à notre tour sur un remix de son album, ou Faktiss et Miscellaneous avec qui l’aventure devrait se prolonger sur d’autres titres.

M. Votre morceau « Tourterelle » m’est resté en tête avec sa vibe décalée. Comment est née l’idée de remixer des roucoulements d’oiseaux ?

T.B. : « Cou Crrrrrou », c’est cette mélodie insistante qui résonnait aux fenêtres du studio. Chaque jour de la production était rythmé par les chants répétitifs d’une colonie de tourterelles installée sur le toit avoisinant. Un refrain entêtant qui nous a inspiré l’idée de composer ce « beat » mêlant groove et roucoulements. #truestory.

M. Aujourd’hui sort votre nouveau clip « To The Rhythm ». Vous me racontez ce projet avec le réalisateur Mr Mitri ?

T.B. : L’idée est née suite à la rencontre entre Mr Mitri et Raila, dont la personnalité et le style collaient totalement à la vibe mystique et dansante du morceau. Tourné à Barcelone, ville métissé et pluriculturelle, Mr Mitri a imaginé ce concept où les ambiances urbaines contrastent avec d’autres plus exotiques, entre chill et nightlife.

Retrouvez Tambour Battant sur EasyClap.