Que cherchez-vous ?

Interview : Laura Ma, photographe du melting-pot 2.0

Basée à Paris, la photographe Laura Ma mêle tradition et modernité dans une imagerie inspirée par la mode à l’ère du melting-pot social 2.0. Elle est lauréate du Tremplin It Couple organisé par le Studio et en partenariat avec Arty Paris.

Ultra sensoriel et glamour à mourir, le travail de Laura Ma nous fait friser l’œil. Par des ambiances ésotériques à la frontière du mystique, la photographe croise les influences sans distinction de genres, de cultures et d’origines. Ses compositions sont de vastes tableaux où un mannequin orné d’un collier de perles nous regarde d’un air effronté, une jeune femme offre le fruit défendu à un maori, et des visages sur un fond de couleur uni composent des natures mortes. Il y a évidemment un référentiel s’inspirant de la grande peinture à l’ère du melting-pot social 2.0. À chaque fois qu’une artiste intègre avec un regard sensible notre iconographie actuelle, la mode tape invariablement à la porte. Ça n’a pas manqué avec Laura Ma puisque la photographe a collaboré avec Vogue, Nike et I-D Vice.

Entre le rock sucré de Las Aves, l’énergie colorée des comics américains et l’infinie sensibilité pop de David LaChapelle

Passionnée de piano et de peinture lorsqu’elle était enfant, Laura a rapidement développé une fascination pour la photo. Si on devait tirer une analogie, ce serait une synthèse entre le rock sucré de Las Aves, l’énergie colorée des comics américains et l’infinie sensibilité pop de David LaChapelle. Il n’y a parfois qu’un pas à franchir entre chaque pratique. L’artiste témoigne de la nécessité de vaincre sa timidité artistique, d’essayer chaque art pour trouver enfin le sien, quitte à se planter pour mieux se relever. Sa présence à l’exposition collective du tremplin IT COUPLE vendredi 31 janvier au Studio en dit long. En tant que membre du Jury, nous avions envie de découvrir davantage l’univers de cette artiste complète.

Marin : Hello Laura. Peux-tu te présenter en 3 adjectifs ?

Laura Ma : Autodidacte, empathique, hors-norme.

M. Pour ceux qui ne te connaissent pas encore, peux-tu me raconter ton parcours ?

L.M. J’ai commencé mon parcours avec un certain bagage culturel que j’ai acquis pendant mes 2 ans en prépa’ littéraire. Je voulais absolument me centrer sur l’étude de mon environnement et le contexte historico-sociologique dans lequel je me trouvais. Je voulais être capable d’en parler ouvertement dans mon travail artistique. J’ai ensuite finalisé mon master à la Sorbonne.

Ma pratique artistique a d’abord débuté avec la peinture, que j’ai ensuite transposé dans la photographie, afin de trouver mon propre style, ma propre signature. Puis j’ai développé mon savoir-faire en tant qu’assistante photographe pendant de nombreuses années, avant de créer ma propre entreprise en 2017.

M. Pourquoi avoir participé au Tremplin organisé par Le Studio ? Quel est ton lien avec la photographie de mode ?

L.M. : En 2016, après avoir exposé au Batofar, je suis venue m’installer dans la capitale. Peu à peu, ma pratique artistique s’est développée et s’est exportée en Suisse et aux Etats-Unis. C’est pourquoi après 4 ans à Paris, j’ai voulu renouveler l’expérience. Mon travail en tant que photographe de mode consiste principalement à créer des visuels pour divers magazines, marques de vêtements et cosmétiques, ou encore pour des pochettes d’album de musiciens.

M. Tes séries croisent modernité et tradition, quelle est ton intention ?

L.M. : C00L KID$ Imperial Brand & Nirvana of Love mettent en lumière l’aube d’un monde culturellement mondialisé voire « globalisé » . Je reprends ici divers symboles iconographiques d’antan confrontés avec nos codes visuels d’aujourd’hui, afin de réaliser une image rebelle, unique et identitaire. Le portrait d’une nouvelle France mixte et diversifiée !

M. Tu n’es pas seulement photographe mais aussi directrice artistique, en quoi les deux fonctions sont complémentaires ?

L.M. : Quand je suis directrice artistique, j’invente un univers, une identité. C’est un travail en amont : la mise en scène, en composant l’équipe créative, la production, l’organisation, jusqu’à la communication du shooting. Ensuite, intervient le travail du photographe où j’élabore des visuels qui correspondent à l’image que souhaite le client, la composition du set, la lumière jusqu’à la post-production. Les deux sont complémentaires, de facto je peux contrôler le processus artistique du début à la fin.

M. Qu’est-ce que je peux te souhaiter pour la suite ?

L.M. : Tu peux me souhaiter de continuer à garder la même énergie que j’ai eu lorsque j’ai battu les niveaux suprême de mon dernier jeu.

VERNISSAGE "IT COUPLE"

Vendredi 31 Janvier à partir de 19H30
Au Studio, 38-40 rue de la Victoire, 75009 Paris

L'événement Facebook
Retrouvez Laura Ma sur Instagram et Facebook.