Que cherchez-vous ?

5 questions au collectif de drag-queens House of Fugly

Alice Psycho, Calypso Overkill, La Kahena et Sativa Blaze du collectif House of Fugly se produiront samedi 9 novembre à la soirée Make It Deep Limited.

Elles sont quatre créatures resplendissantes qui secouent Paris de leurs shows délirants. Leur nom ? House of Fugly. Depuis 2016, leur résidence mensuelle au Trac dans le 13ème arrondissement fait salle comble. Comment résister à ce déferlement de style porté par leurs quatre personnalités uniques ? Bien plus qu’un simple spectacle, c’est un espace de liberté qu’elles ouvrent en brèche par leur provoc’ fracassante, leur sens de l’entertainment, et leurs prestations flamboyantes. Depuis, le collectif a été booké au premier festival drag parisien à la Machine du Moulin Rouge, le Snatched! Paris Drag Festival, et sont montées sur le char de SOS Homophobie pour la Marche des fiertés. Ça dépote.

House of Fugly et Make It Deep : même désir de libertés, mêmes combats

Alice Psycho, Calypso Overkill, La Kahena et Sativa Blaze ont rejoint le line-up tout aussi fou de la soirée Make It Deep Limited. Le principe ? Sortir des clubs pour découvrir des lieux originaux dévoilés à la dernière minute. Un peu comme si tu mixais la tradition de la warehouse avec un open air résolument arty. Pour le lancement du concept, il y a du monde au balcon : DJ Zozo en arrivage direct de la scène club d’Istanbul, un market avec les plus belles frippes d’Ol’digger, le stand de paillettes bio-dégradables Glitty, et les flash tatoos d’Enzo aka Line Anguleuse. Le plus beau dans l’histoire, c’est qu’on t’offre des places pour t’enjailler all day long.

Introducing Alice Psycho, née à San Francisco en 2016 et venue envahir Paris en 2017
Marin : Hello toutes les quatre. Vous nous expliquez le concept de House of Fugly ?

HOF. House of Fugly s’est formée alors qu’on travaillait pour le collectif Maison Chérie, en route pour concourir dans le prestigieux Superball, une compétition à Amsterdam qui réunit les meilleures drag houses d’Europe. C’est là qu’on s’est naturellement rapprochées car on avait la même façon de bosser et beaucoup de références communes. Le concept central de la House c’est la performance, notre groupe a vraiment pris sens pour nous et pour ceux qui nous connaissent dans le milieu drag le jour où on a monté notre premier show ensemble.

Diva dansante de Paris, Calypso Overkill est la reine du divertissement haute tension
M. C’est à ce moment là que vous vous êtes rencontrées ?

HOF. On se connaissait plus ou moins toutes de loin car la scène drag n’était pas aussi développée il y a deux ans qu’aujourd’hui. On a vraiment appris à se connaître quand on a commencé à bosser pour aller au Superball et lorsqu’on a monté toutes les huit la première édition de Clash Of Tatas, un concours de lipsync dont la troisième saison a lieu en ce moment à l’EP7. C’est pendant toute la saison 2018-2019 de notre résidence mensuelle au Trac que nous avons eu le temps de développer notre synergie et notre créativité ensemble. Et la suite arrivera bientôt !

Morte en 703 en Tunisie, La Kahena fait un comeback fracassant en 2016 à Paris lors d’une folle soirée d’été sous la forme d’une drag-queen au physique douteux
M. En quelques années la scène drag a beaucoup évolué, comment l’avez-vous vécu ?

HOF. Effectivement que de changements ! Je pense que pour nous ça a surtout été du positif, on a pu produire nos shows dans des lieux bien équipés en sons et lumières, on signe de plus en plus de contrats d’intermittents du spectacle. Notre travaille suscite un intérêt de plus en plus grand et les opportunités sont de plus en plus diverses et intéressantes !

Sativa Blaze est une fleur sauvage aux vertus hallucinogènes, apparue dans le paysage drag à la fin de l’année 2016
M. Est-ce que vous concevez le drag comme un espace de liberté ou davantage comme une revendication politique ?

HOF. Notre rapport au drag relève davantage de l’exploration de notre propre liberté et de notre imagination, cependant nous avons une forte conscience politique, et faire du drag sera toujours un acte militant à nos yeux. Le drag n’est pas nécessairement un militantisme lié à une cause, c’est avant tout le fait d’exister dans l’espace public avec toute l’extravagance et l’étrangeté dont un.e drag peut se parer et incarner tout entier la force de son imagination. C’est un postulat très fort sur la confiance et l’amour de soi, la tolérance, l’affirmation de sa liberté individuelle.

House of Fugly se produiront à l’opening de la soirée Make It Deep Limited
M. Qu’est-ce que vous préparez pour l’opening Make It Deep Limited ?

HOF. Oh wow, on a vraiment hâte d’occuper un tel espace pour commencer, le lieu est incroyable et c’est génial de faire partie d’un événement où se mêlent vie de quartier, musique, vie culturelle et drag ! On espère bien mettre une ambiance de feu et communiquer à tous notre amour de la liberté de l’extravagance ! On prépare des choses assez diverses comme à notre habitude, lipsync individuels et en groupe, conquête de l’espace (scénique), on aimerait bien animer une vente aux enchères de vieux collants de Calypso mais on attend encore l’autorisation préfectorale (rires).

Retrouvez House of Fugly sur Instagram et Facebook.