Que cherchez-vous ?

Interview : Dusk Totem, la pop-sensibilité d’une île

Formé à la Réunion et révélé à Paris, nous sommes tombés sous le charme du duo de musiciens.

Tout commence par une session jam dans un bar de la Réunion. Les savoir-faire de Julien Mablouké (multi-instrumentiste et vidéaste) et Fanny Krief (musicienne folk) se mêlent : en naîtront les airs entêtants de Dusk Totem. Ça tombe bien, leurs mélodies solaires sonnent comme la possibilité d’une île. Des vagues de synthés, la chaleur d’une voix : c’est sans se mouiller que nous affirmons faire face à une pop inspirée.

De retour à Paris, la machine médiatique s’emballe. Les Inrocks Lab mettent en lumière le délicieux « Map of You », le prix Ricard Live Music 2017 leur ouvre ses portes jusqu’en finale. HollySiz, Rover et les Naive New Beaters les appellent pour ouvrir leurs concerts. “Love” sera leur premier EP. Ressorti en 2018 avec les remixes de Seth XVI, de La Romance, Tom Fire, et Yori, on aime l’esprit positif qui s’en dégage. “Infinity”, leur second mini-album, devrait les placer prochainement au zénith musical. Pour Dusk Totem, le crépuscule artistique est loin d’arriver.

Loin des groupes créés autour d’une bière à Strasbourg Saint Denis, Dusk Totem est né à la Réunion. Comment en êtes-vous venus à créer le duo à 10 000 km de notre capitale ?

Fanny – On s’était déjà croisés en région parisienne, mais on n’avait pas eu le temps de se faire écouter nos prods respectives. Julien voulait me montrer d’où il venait. C’est en partant à la Réunion qu’on a pris le temps de composer.

Julien – On avait besoin d’un endroit où aller puiser notre inspiration sans être dans le rush parisien. Le mojo est parfait là-bas.

Votre 1er EP répond au doux nom de « Love ». Ce titre est à l’image de votre musique : passionné, solaire, positif. Qu’est-ce vous vouliez apporter en composant ces 7 tracks ?

F. C’est plus général que de l’amour que tu peux porter à ton petit ami, ta petite amie. C’est une connexion à soi, et aux autres.

La chanson a donné son titre à l’EP, tout en découle. Pour le prochain EP « Infinity », c’est quelque chose de l’ordre du ressenti, du désir, de la pulsion. Ce n’est pas une connexion dématérialisée, il s’agit de sentir son corps, de s’écouter.

Vous avez dévoilé en février 2018 des remixes de Seth XVI (notre chouchou), de la Romance, Yori, et Tom Fire…

J. Ce sont des artistes signés chez Budde Music France, notre éditeur, on aime vraiment leur travail.

F. Concernant Seth XVI, on partage le même message de laisser libre cours à sa créativité, répandre des vibes positives. Sa sensibilité se ressent dans son écriture.

Pour agrandir la famille musicale, quelles seraient vos collaborations rêvées ?

F. Je rêverais de collaborer avecChristine and the Queens. Quand c’était le grand rush, je ne la connaissais pas assez : j’aime bien attendre que la vague passe.

J. Si je pouvais me permettre de rêver, Arcade Fire, M83, Cindy Lauper. On s’est aperçus que c’était des influences inconscientes de notre musique, lorsqu’on écrit ça ressort naturellement.

F. En réalité, on fait notre bonhomme de chemin sans se poser ce genre de questions. On reste ouverts, on adore collaborer avec d’autres artistes.

On termine par la question emblématique chez Arty Paris. Quelle serait pour vous la définition d’être artiste ?

F. La définition d’un artiste est très personnelle. Pour moi, c’est quelqu’un qui part d’une intention pour l’exprimer à travers un média. Ça se passe à deux : il faut que le message soit reçu. Je le définirais comme une collaboration.

J. Pour moi, c’est l’inconscient de la société. Tout ce que la société n’arrive pas à exprimer, l’artiste le fait.

F. C’est pour ça que l’autre est touché. À notre niveau, nos musiques partent toujours d’un ressenti personnel, mais que chacun puisse se l’approprier est déterminant.

Dusk Totem à la soirée Budde Music

Mercredi 12 septembre @Hasard Ludique
avec Seth XVI, de La Romance, Telepopmusik
11€ en prévente

Focus sur : Seth XVI

Seth XVI, Mickaël de son état civil, est un multi-instrumentiste et chanteur lyonnais. Collaborateur régulier de Dusk Totem, il infuse un état d’esprit positif dans ses créations. Nous l’avions rencontré en mars 2018 lors de la sortie de « Pulp », son dernier EP.

Lire l’interview fruitée de Seth XVI