Que cherchez-vous ?

À voir : L’hommage au cinéma de Damien Chazelle tourné à l’Iphone 11

En collaboration avec Apple, le réalisateur oscarisé nous sert un court métrage saisissant tourné à l’Iphone 11. L’histoire d’un cascadeur qui traverse les époques en format vertical.

Publicité ou pas publicité ? La question elle est vite répondue. La marque à la pomme a dévoilé sur sa chaîne Youtube un court métrage de Damien Chazelle pour promouvoir son Iphone 11. Avec une contrainte principale : le réalisateur de La La Land devait seulement avoir recours au mode portrait. Un court métrage vertical, donc. Le film intitulé The Stunt Double s’y prête parfaitement en commençant aux côtés d’un cascadeur qui chute d’un building, une manière de transformer la verticalité du format en astreinte créative. Joué par Tom McComas, cascadeur célèbre à Hollywood pour ses doublures dans The Dark Knight, The Town ou encore Jumanji : Bienvenue dans la jungle, son personnage traverse les époques à la faveur d’une saute de pellicule.

Le nouveau long métrage de Damien Chazelle est attendu fin 2021 au cinéma

Damien Chazelle se fait plaisir, et ça se voit. Tous les genres hollywoodiens passent sous son objectif : film muet, western, comédie, aventure, thriller ou encore science-fiction. Multipliant les clins d’œil comme Quentin Tarantino avait pu le faire dans son Once Upon a Time… in Hollywood, le réalisateur fait endosser à son personnage le rôle d’un clown désarticulé à la Buster Keaton, le propulse dans un western spaghetti façon Le Bon, la brute et le truand, ou le promène dans des ruines mystérieuses tel Indiana Jones. De quoi passer un bon moment.

Une obsession cinéphile que Damien Chazelle devrait remettre au goût du jour avec son nouveau long métrage Babylon, cette fois au cinéma. Annoncé fin 2021, le film nous fera découvrir les backstages d’Hollywood au moment de la transition entre le cinéma muet et parlant. D’ici là, on percera peut-être à jour les secrets du cinéaste cinéphile grâce au making-of de The Stunt Double, dévoilé par Apple. Entre le travail de post-production, ses choix d’optique et d’angles de vue, on a de quoi gamberger un moment.