En cours de lecture
6 albums à écouter ce week-end : Bonnie Banane, Fhin, Birdy…

6 albums à écouter ce week-end : Bonnie Banane, Fhin, Birdy…

Rédaction

À la question tristement devenue banale : « Qui écoute encore des albums aujourd’hui ? ». Ton magazine préféré répond : les innombrables qui apprécient le R&B alternatif de Bonnie Banane, l’électro atmosphérique de Fhin, les ballades au piano de Birdy. Sans compter tous nos autres coups de cœur à écouter sans ne plus tarder.

Bonnie Banane – Sexy Planet (LP)
Le morceau préféré d’Arthur : « Mauvaise Foi » 

Bonnie Banane chante un quotidien surréaliste et entêtant. La diva du R&B alternatif français sortait ce 13 novembre son tout premier album Sexy Planet. Huit ans après son premier single Muscles produit par Walter Mecca, l’artiste formée aux arts dramatiques a pu compter, pour la construction de ce projet, sur un entourage proche de producteurs renommés. Para One, Varnish La Piscine, Loubenski, Théo Lacroix, Ponko & Prinzly ou encore Monomite accompagnent ici Bonnie Banane dans la création musicale de ses univers mélodiques atypiques. Jouant d’une excentricité apparente et théâtralisée, Bonnie Banane aborde des thématiques humaines importantes. Traitant la mélancolie amoureuse dans Flash, le deuil dans son titre éponyme ou encore des abus sexuels dans le morceau Limites, Bonnie Banane réussi à faire de Sexy Planet un projet nuancé et porteur d’espoir sur une humanité encore imparfaite. [Chroniqué par Arthur]

Fhin –  Trauma (LP)
Le morceau préféré de Zoé : « Off Your Hand » 

Fhin a dévoilé son premier album Trauma ce vendredi. Dans la continuité de around.away, son second EP paru en 2017, le jeune prodige de la maison Délicieuse Musique évolue dans le riche registre de l’électro-soul. Pour cet album, le producteur, fasciné par le thème du rêve, a choisi de nous plonger dans ses souvenirs d’enfance, portés par une esthétique onirique. L’artiste confie ses traumatismes liés aux problèmes de santé rencontrés dès son plus jeune âge dans le morceau Trauma, et rend hommage à son chien dans A Song With My Dog. Fhin nous offre cet automne un album très personnel, à mi-chemin entre  imaginaire et réalité. [Chroniqué par Zoé]

Birdy –  Piano Sketches (EP)
Le morceau préféré d’Amélie : « Open Your Heart » 

Révélée au grand public en 2011 grâce à sa reprise de Skinny Love de Bon Iver, la chanteuse Birdy dévoile ici un EP de quatre ballades intitulé Piano Sketches. Une œuvre d’une sensibilité rare où sa voix éthérée est sublimée par des accords au piano qui apaisent les esprits et nos oreilles. Cet EP se conclut par le titre poignant Just like the river does dans lequel l’artiste décrit une âme errante telle une rivière qui coule à flot et traverse la terre sans point d’ancrage. Au-delà des mots, Birdy maîtrise sa voix pour s’adapter à chaque accord afin de délivrer de multiples d’émotions. [Chroniqué par Amélie]

Gabríel Ólafs – Absent Minded Reworks (LP)
Le morceau préféré de Marin : « Lóa (Niklas Paschburg Rework) » 

Voir aussi

Le jeune prodige islandais de 20 ans, Gabríel Ólafs, dépose une délicate ré-orchestration de son premier album Absent Minded. Affublé de l’attribut « Reworks » qui ne laisse aucun doute sur l’entreprise, l’artiste s’entoure de l’aristocratie musicale à travers le monde pour lui donner un second souffle, de l’apport uptempo de l’allemand Niklas Paschburg, à la touche rêveuse de l’américaine Kelly Moran et l’épopée solo du vibraphoniste japonais Masayoshi Fujita. Cela, sans oublier de s’entourer de ses amis de la scène locale, parmi qui Hugar, Kippi Kaninus, Skúli Sverrisson, Ásta Soffía et Katie Buckley, qui constituent un vibrant aperçu de la nouvelle génération islandaise. Gabríel Ólafs clôt ainsi un chapitre de sa vie avec une grâce qui nous ferait quitter le sol, nous rappelant que si l’Islande est une terre de feu, ses compositeurs s’y épanouissent avec la légèreté des astres. [Chroniqué par Marin]

Valérie June – Stay (EP)
Le morceau préféré d’Anoussa : « You And I » 

Valerie June dévoile son EP Stay sur lequel a travaillé Jack Splash (Kendrick Lamar, Alicia Keys, John Legend). Cet EP de 3 titres est un condensé de délicates sonorités folk, soul et blues, accompagnées d’envolées à la fois psychédéliques et symphoniques. La chanteuse, qui avait suscité l’admiration de Bob Dylan, s’est également entourée de nombreux instruments (flûte, banjo, mbira, mellotron, saxophone, synthé…), donnant à ce disque une dimension expérimentale et immersive. Le résultat est sans appel : la voix envoûtante de Valérie June et l’atmosphère élégante qui se dégage de ce disque permet de s’octroyer un moment d’évasion plus que bienvenu. [Chroniqué par Anoussa]

S8JFOU – Cynism (LP)
Le morceau préféré de Marin : « See u Guy on the Flip Side » 

L’expérimentateur sonore S8jfou nous offre une respiration que l’asphyxie des mesures gouvernementales nous a depuis longtemps ôtée : le droit à la liberté. Son second album, Cynism, a été produit en ermite dans une cabane qu’il a construite, avec des synthétiseurs qu’il a construit, quelque part dans les montagnes. Sa retraite artistique est à l’image des crépitations maîtrisées de ses onze éclats électroniques : sans consensus et pleine d’audace. Ce jusqu’au-boutisme nous porte dans le dernier espace d’émancipation, l’art, qui résiste avec panache dans les milieux alternatif du graffiti et du skate – où S8jfou a fait ses armes. Cet apprentissage autodidacte l’amène à dénicher de la richesse là où elle peut sembler inaccessible, en créant ses deux synthétiseurs qui reproduisent la modularité analogique, dont le son n’est pas pré-enregistré. En résulte un album de sensations pures et d’émotions torturées dont l’artisanat perfectionniste fait mouche. C’8st fou comme c’est bon. [Chroniqué par Marin]

© 2021 Arty Magazine. Tous droits réservés.

Retourner au sommet