Que cherchez-vous ?

Aurélien Mathieu : jouer avec l’air du temps

À trente ans seulement, le réalisateur Aurélien Mathieu a marqué les esprits avec deux courts métrages incisifs : « La Rage » et « Ici et Maintenant ». Focus sur un talent qui prend les thématiques de société à bras-le-corps.

En 1992, « The Player » de Robert Altman exposait la recette miracle d’un succès au box office, lors d’une réunion entre des producteurs hollywoodiens. Le secret ? Ouvrir un journal sur n’importe quel fait-divers, en tirer le plus sensationnaliste, et l’adapter au cinéma. Exception faite du cynisme de la scène, Robert Altman met le doigt sur la marotte de tous les auteurs : capter l’air du temps en y laissant sa marque.

Né à Annecy quatre ans plus tôt, le scénariste et réalisateur Aurélien Mathieu véhicule cet imaginaire du contemporain auquel aspiraient les pontes de studio. En 2018, le temps n’est plus à la fête dans les beaux quartiers. Place aux périphéries anonymes d’Île-de-France où Aurélien pose sa caméra avec un sens du récit et de l’image, en quête d’un “fait-particulier”. Une recette : raconter l’extraordinaire de quotidiens.

Formé à l’ESRA Paris, Aurélien se rôde aux côtés de Kyan Khojandi au cours d’un stage à EuropaCorp TV. Enchaînant les publicités, clips et films corporate, il développe à force de travail une acuité d’auteur. Réalisé dans le cadre du Nikon Film Festival, son court métrage « Ici et maintenant » marque le premier jalon d’une reconnaissance publique, avec le soutien de Patrice Leconte, Julien Seri, et un article élogieux sur Madmoizelle.

Viendra ensuite « La Rage », un film sur les dérives d’une société à deux vitesses, où il affirme une esthétique de l’émotion au milieu d’un déferlement de violence. Exit les leçons malvenues des producteurs de The Player, bienvenue dans l’univers doux-amer d’Aurélien Mathieu.

Pour s’y plonger sans réserve, Quai 19 organise la projection d’Ici et maintenant et de La Rage au Grand Action, le vendredi 28 septembre 2018 à 20h.


Facebook du film « Ici et Maintenant«