Que cherchez-vous ?

« Années 20 » : Découvrez le nouveau film générationnel par l’équipe de Paris est à Nous

Le collectif de cinéastes parisiens derrière le casse du siècle Paris est à Nous, tourné sans un sou puis diffusé sur Netflix en 2019, revient à ses premières amours avec la déambulation parisienne de Années 20. Cette fois, tourné en plan-séquence.

Un film de 1H30 tourné en plan-séquence sur 6 km… Dans les rues de Paris, sans aucun filet de sécurité. Voilà l’idée un peu dingo du collectif à l’origine de Paris est à Nous qui remet le couvert avec son amour du high concept et de la présentation face caméra. Pour se faire, tous les moyens de déplacement ont été employés, que ce soit à pied, en vélo, en scooter ou encore en métro. Pour se frayer un passage au milieu de la foule, le tournage a impliqué un mois de répétition où les 24 acteurs et les 16 membres de l’équipe technique ont rodé leur ballet urbain millimétré. Le tout par un soir de fin de confinement, comme un appel au retour à la vie.

Le film porte un titre emblématique, gageure de son ambition : Années 20. Ce portrait générationnel et sauvage de notre capitale, tourné à l’aide d’une caméra circulant d’un passant à l’autre, est construit au fil de rencontres plus inattendues les unes que les autres : jeunes excentriques, personnages originaux et anticonformistes. Un territoire parisien et une époque en crise que chacun traverse et questionne à sa manière. Ce souffle contemporain, la comédienne et scénariste Noémie Schmidt l’interprète avec ses mots : « On a choisi d’appeler ce film Années 20, parce qu’on est en train de basculer d’une époque à une autre. On est en 2020, c’est maintenant qu’on peut choisir à quoi vont ressembler nos années 20. »

Le collectif parisien ne sait toujours pas si Années 20 sera diffusé dans les salles ou sur Netflix, qui avait déjà sorti en exclusivité Paris est à Nous en 2019. Les spectateurs sont invités à se prononcer sur les réseaux sociaux du film, et par là influer sur la diffusion qui reflètera la tendance de nos années 20… À l’heure où Disney Plus privilégie la sortie de ses blockbusters sur sa plateforme, fragilisant l’équilibre précaire des salles. Alors, VOD ou salles ?