En cours de lecture
5 sorties à écouter ce week-end: Gorillaz, Isaac Delusion, Wallows…

5 sorties à écouter ce week-end: Gorillaz, Isaac Delusion, Wallows…

Rédaction

À la question tristement devenue banale : « Qui écoute encore des albums aujourd’hui ? ». Ton magazine préféré répond : les innombrables qui apprécient la pop hybride de Gorillaz, les airs expérimentaux d’Isaac Delusion, l’indie-rock de Wallows. Sans compter tous nos autres coups de cœur de la semaine à écouter sans ne plus tarder.

Gorillaz – Song Machine, Season One: Strange Timez (LP)
Le morceau préféré de Zoé: « Aries (Feat. Peter Hook & Georgia) »

Gorillaz a dévoilé ce vendredi 23 octobre son 7ème album : Song Machine: Season One – Strange Timez. Cela faisait plusieurs mois que le groupe britannique teasait, épisode après épisode, son nouveau projet hybride de modern-pop. L’ensemble allie des sonorités allant de la soul à la funk, sans oublier des incursions dans le rap que le duo maîtrise désormais à la perfection. L’album aligne nombre de featurings, parmi qui l’iconique Robert Smith (The Cure) sur Strange Timez, que Damon Albarn admire depuis son enfance. Suivent une quinzaine de morceaux portés notamment par Peter Hook (Joy Division), St Vincent, Elton John, Beck, et une multitude d’artistes aussi divers que confirmés. Conçu comme une réjouissante pochette-surprise pour mélomanes, cet album sans frontières satisfera tous les publics. [Chroniqué par Zoé]

Isaac Delusion – Make It (EP)
Le morceau préféré d’Anoussa : « Be True »

Isaac Delusion n’a pas perdu de temps depuis la sortie, l’année dernière, de son troisième album uplifters en présentant Make It, son nouvel EP de 5 titres, composé pendant la période de confinement. Avec ce disque, le groupe renoue avec des sonorités plus électro (Make It, Riding Epona, Touché) qu’on avait eu l’occasion d’entendre sur son premier album. Isaac Delusion nous présente un EP éclectique grâce à des morceaux et des mélodies davantage expérimentales et rompt avec la pop à laquelle il nous avait habitués depuis les 2 derniers disques. Le condensé d’énergies positives nous permettra de faire face au flou ambiant, en donnant le meilleur des prétextes pour danser jusqu’à 21h ou 6h du matin, seul ou à 6, c’est selon… [Chroniqué par Anoussa]

Wallows – Remote (EP)
Le morceau préféré d’Amélie : « Talk Like That »

Voir aussi

Le groupe de rock indie Wallows n’aurait pas pu mieux intituler son nouvel EP Remote (« éloigné » ou « isolé » en anglais), puisque le trio californien l’a produit à distance pendant le confinement. Amour et ruptures sont de mise dans cet opus. Le groupe chante leurs cœurs brisés dans un esprit insouciant avec les titres Coastlines et Talk Like That. Avec Dig What You Dug, la voix de Braeden Lemasters et les basses plus que présentes nous ramènent dans les années 2007-2009 où l’indie-rock florissait. Les six titres aux mélodies entraînantes s’enchaînent bien et accordent à cet EP une certaine homogénéité. Finalement, le groupe américain nous prouve que l’on peut tirer le meilleur du confinement et offrir quelque chose de joyeux et positif en ces temps incertains. [Chroniqué par Amélie]

Nuit Oceān – Fire Divine (EP)
Le morceau préféré de Marin : « Roses »

Nuit Ocean est partie intégrante de cette génération d’emo-kids qui transforment le chant autotuné en instrument. Parmi eux : Grimes, Oklou, Lësterr, Régina Démina, Timothée Joly… La spécificité qui le distingue ? Sa capacité à convertir ses voyages en Inde et ses origines zaïro-algériennes en impulsions r’n’b, dream pop et électro. Revendiquant Sade comme influence majeure, s’aventurant bon gré mal gré sur les terres écorchées de James Blake, tutoyant la douce violence des productions de The Blaze, l’artiste est pour autant singulier dans son approche créative en composant à partir d’images, comme les films dont il fait des arrêts sur image. En dehors des sentiers balisés, Nuit Ocean transpose l’émotion saisie dans son langage intime et particulier. [Chroniqué par Marin]

Des Roses – 28.08 (LP)
Le morceau préféré d’Arthur : « Toutes ces choses là »

Des Roses a un air de famille. Le duo nantais est composé de Louis et Suzanne, fratrie dans une famille où tout le monde est musicien. Inspirés par Tame Impala, Angus & Julia Stone et R.E.M, Des Roses porte le nom d’une des plages de l’île d’Yeu. Rendant hommage à leur père décédé en 2017, la formation évolue dans un univers onirique teinté de mélancolie et marqué par des sonorités rock aériennes. L’album 28.08 est à emmener en voyage ou à écouter allongé. [Chroniqué par Arthur]

© 2021 Arty Magazine. Tous droits réservés.

Retourner au sommet